Qui osera ?

L’interpellation aux candidat(e)s à la magistrature suprême

Jeanne-Emmanuelle Hutin relaie dans son éditorial de Ouest France du 13 février les alertes de la contrôleuse générales des lieux de privation de liberté et interpelle les candidat(e)s à la présidence.

Edito OF

Qui osera mettre sur le tapis cette question fondamentale sur les conditions de détention ou sur plutôt la liberté des individus.

Si, la première vague de la pandémie avait pour la première fois ramené la population incarcérée aux alentours des 100% de la capacité totale ders établissements afin de limiter la propagation du virus, prouvant ainsi que c’était possible, les prisons débordent à nouveau. Dans un article précédent nous faisions état au 1er janvier 2022 d’un taux de remplissage de plus de 130 % dans les maisons d’arrêt à Nantes mais aussi en France avec une augmentation de la population incarcérée de plus de 10% depuis le 1er janvier 2021

http://prisonjustice44.org/la-situation-carcerale-a-nantes-au-1er-avril-2021/

Et si d’aucun imaginerait la construction de nouveaux bâtiments pour résoudre ce problème toutes les études démontrent qui n’en n’est rien. Le problème est donc bien ailleurs. Comme exprimé dans notre article précédent à propos de la tribune parue dans Le Monde du 20 janvier « réduire la population carcérale, prendre en charge en milieu libre ceux qui peuvent ou doivent l’être, n’est ni déraisonnable ni dangereux. Et il y a urgence à agir »

http://prisonjustice44.org/mobilisation-dun-collectif-pour-une-reduction-de-la-population-carcerale/

Un réel problème de société ! alors comment agir et où chercher des solutions ?

A notre niveau nous, qui œuvrons dans l’accueil des familles, nous connaissons et sommes entourés de bénévoles et/ou militants qui, jour après jour, tentent avec les moyens qui sont les leurs (c’est à dire peu) et participent à l’amélioration de ce quotidien.  

Si Jeanne Emmanuelle Hutin invite les parlementaires et magistrats à aller visiter les prisons, nous leur suggérons aussi de se rapprocher des structures associatives qui regorgent d’énergie et d’ambitions sur des solutions locales et qui rêveraient que les candidats à la présidentielle s’en inspirent dans leur programme.

Voir la page du collectif Prison sur ce site

http://prisonjustice44.org/presentation-prison-justice-44/associations-prisons-nantes/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.